lundi 21 juillet 2008

Pannes d'érection et éjaculation précoce (2ème partie)

Dans un précédent article sur ce blog (pannes d'érection et éjaculation précoce 1ère partie), j’avais parlé des problèmes de pannes d’érection et d’éjaculation précoce. On avait vu que dans les deux cas, c'est toujours pour la même raison: on "veut" quelque chose et on voit la relation sexuelle comme une sorte d'épreuve dont il faudrait sortir le héros... On a vu que tout tient dans un seul mot: "relaxation", car effectivement quand le système sympathique se met en marche (ce qui est le cas quand on doit passer une épreuve dans la vie courante, quand on doit agir vite, etc..) cela inhibe totalement toute érection... Et dans ce cas, on peut faire tout ce qu'on veut, rien n'y fera, on ne bandera pas.. d'autant plus qu'à ce moment il y a le mental qui se met en marche et qui ne fait qu'empirer les choses, en créant une spirale infernale d’inhibition... En gros, plus le temps passe moins on se sent bien. Dans ce cas, même avec la plus belle et la plus sensuelle femme du monde, il y a un moment où l'on voudrait être ailleurs.. Autant dire qu'on est mal..

Alors comment sortir de cette spirale infernale? Globalement, il faut sortir de l'épreuve et du mental. Pour cela il s'agit d'abord de sortir du "il faudrait absolument que je bande!" qui enferme et donc sortir de l'obligation de résultat qu'on s'est donné. Cela conduit à changer totalement de décors et d'atmosphère.. Arrêter de vouloir "faire l'amour", entrez dans un autre espace d'intimité. Quand on a des difficultés cela commence souvent lorsqu’on commence à s’embrasser sur un lit par exemple. Parfois cela peut être merveilleux, mais parfois cela déclenche le réflexe mental du “il va falloir que j’assure” ce qui démarre la spirale infernale. A ce moment là on commence à être pétrifié, on n’ose pas changer de disque, on continue sur la même lancée et surtout on commet l’erreur fondamentale: croire que plus de stimulus permettra de sortir de la spirale! C’est une grave erreur, car, si l’augmentation de stimuli (baisers, caresses précises, etc..) peut être pratiquée quand les deux sont déjà très excités, elle ne fait que faire empirer la situation si l’on est inhibé. Parce qu’en essayant d’obtenir un effet en “forçant”, on augmente l’activation du système sympathique ce qui a pour résultat d’inhiber encore plus l’érection (et parallèlement trop d’excitation fera venir une éjaculation précoce). Au contraire, pour faire revenir l’érection, il faut diminuer les stimuli: faire des baisers plus doux, des caresses plus subtiles, retrouver le contact avec l’autre..

Pour ce faire, il y a une technique miracle à pratiquer sans aucune limitation: le massage sensuel.. En effet le massage sensuel a toutes les vertus: il crée un espace d’intimité, il permet les caresses subtiles, il ne crée pas le phénomène d’épreuve et il détend le corps en activant le parasympathique (le système, inverse du sympathique, qui crée la détente).

Développons un peu..

1) Le massage permet d'entrer en relation avec sa partenaire de manière sensuelle sans obligation de résultat.. En gros si vous ne bandez pas c'est normal car quand on masse on bande parfois et parfois non... Cela crée un espace d'intimité propice à la rencontre.. En plus les femmes adorent le massage car cela leur permet d'avoir du temps pour s'ouvrir à leur sensualité qui se situe sur tout le corps.. C'est un peu comme si la femme avait plus de capteurs sensoriels sur tout le corps que l'homme..

2) Il fait sortir du mental quand on donne le massage si l'on met son attention dans ses doigts, si on laisse ses doigts jouer avec le corps de sa partenaire, si on les laisse aller là où ils ont envie d'aller (et pas là où l'on croit qu'il faut masser!!). Laisser faire le corps, en se détendant, et en prenant plaisir à sentir le corps de sa partenaire.. N'hésitez pas à masser avec les avant-bras, votre buste et même votre sexe que vous pouvez utiliser comme un "pinceau d'artiste". S'il est mou, il est très doux pour les massages, s'il est dur il devient comme une sorte de "sex toy" que vous pouvez utiliser pour masser le dos, les fesses, le ventre, les seins, etc.. comme si c'était une autre membre (pour une fois il mérite bien son nom..)
N'oubliez pas de passer sur son sexe mais sans trop vous arrêter, sans chercher trop à l'exciter.. Les femmes raffolent. Cela les fait monter très rapidement... Caressez doucement l'intérieur des cuisses en remontant vers le sexe mais sans le toucher et redescendez avec une pression plus appuyée sur l'extérieur des cuisses.. Vous verrez le sexe de votre partenaire s'ouvrir comme des pétales de rose.. Effet garanti.. C'est elle ensuite qui voudra que vous touchiez plus directement son sexe..

Quelques conseils:
a) Avant le massage créer un espace d'intimité.. Mettez des bougies, une musique douce et massez vous uniquement à la lueur des bougies. La lumière des bougies est particulièrement belle et donne juste assez de lumière pour que le lien soit fort.

a) lorsque vous recevrez le massage, détendez vous, laissez faire votre partenaire, dites lui ce que vous aimez.. En général les grands mouvements qui passent sur l'ensemble du corps et qui relient l'ensemble du corps au sexe sont très bons et permettent à la fois de détendre l'ensemble et d'exciter un peu le sexe mais pas trop.. Cela permet un démarrage d'érection assez facile (puisqu'on n'a pas besoin de prouver qu'on bande) et cela évite les éjaculations précoces si votre partenaire diffuse bien l'énergie sexuelle de votre sexe vers l'ensemble du corps.. Demandez lui de vous masser avec ses seins, avec ses fesses. Raaahhh, lovely... c'est trop bon.. Cela crée une réelle intimité et produit naturellement

c) échangez des petits mots pendant le massage, pour rester en contact et diminuer le fonctionnement du mental en solitaire. Quand on reste silencieux trop longtemps, le mental part en roue libre. Si au contraire on parle un peu on évite de partir “dans le mental” et on reste présent à sa partenaire. N'hésitez pas à dire ce que vous ressentez, même les peurs, à votre partenaire et demandez lui de faire de même, comme si c'était un jeu. Parce que si vous vous sentez mal à l'aise, il y a des chances qu'elle se sente mal aussi! Et dites des choses simples sur votre ressenti: "je sens la chaleur de tes mains et c'est bon", ou "que ta peau est fine" ou "je suis un peu tendu, j'ai besoin de douceur".. Emettez des gémissements de plaisir si vous aimez, et n'hésitez pas dire ce que vous aimez. Utilisez toujours des phrases positives et renforcez les gestes que vous aimez.. Evitez les phrases négatives (sauf si vous avez mal) car cela peut mettre l'autre mal à l'aise. Par exemple, dites "j'aime bien les caresses douces" plutôt que "tu me caresses trop fort"..

d) Ne vous donnez aucune obligation de résultat autre que le massage, mais si le massage dérive vers autre chose (cunnilingus, fellation, pénétration), laissez advenir ce qui vient.. Sachez que la femme est encore plus sensible que vous à l’atmosphère et au ressenti, et elle sent votre énergie. Si vous êtes coincé, elle sera mal elle aussi. En fait, on peut le voir comme une sorte d’entrée en résonance entre vous. Si vous vous lâchez, et si vous êtes présent à votre partenaire, vos deux ressentis vont décoller en quelques secondes. Si vous êtes dans le mental et que vous vous dites “putain, faut que j’assure” (faut que je bande ou faut que je n’éjacule pas trop vite) vous obtiendrez exactement l’effet que vous voulez éviter (c’est paradoxal mais c’est comme ça). Donc, soyez bien dans votre énergie de mec tout en étant en relation avec votre partenaire. Ne cherchez pas à bien faire, mais mettez vous à l'écoute de votre corps et du sien. Les corps savent mieux que votre mental.
Je reviens dessus, mais c’est important: le problème essentiel réside dans le mental qui part en roue libre et notamment dans les jugements que vous avez sur vous. Le “punaise, je suis nul de ne pas arriver à bander” c’est comme si vous vous mettiez un coup de couteau dans les parties. Autre erreur, la projection: croire que l’autre pense à quelque chose de négatif sur vous “elle va me trouver trop nul si j’assure pas, elle va me quitter, etc..”. En fait, sachez qu’il y a de bonnes chances pour que votre partenaire pense “je suis nulle je n’arrive pas à le faire bander”, c’est à dire qu’elle aussi se juge négativement et se culpabilise. Evidemment, tous ces jugements ne font que faire empirer la situation...

Acceptez tout ce qui est là, sans juger.. Votre corps sait naturellement faire l'amour, mais on le rigidifie par nos croyances sur ce qu'on pense qu'on doit faire, et c'est le mental qui nous met dans la situation de l'épreuve, qui nous empêche de bander et qui vous gratifiera d'une éjaculation précoce.. Si nous nous connectons bien à notre corps (ce qui est en fait le vrai travail de tout timide: sortir du mental et se connecter au corps), à nos sensations corporelles, à notre toucher, à nos lèvres, etc.. c’est la nature qui fait tout et cela devient magique...

J’espère que cet article vous a plus. N’hésitez pas à commenter et à poser des questions. Sachez que pratiquement tous les hommes ont eu un jour ou l’autre des problèmes de ce genre et quand ça nous tombe dessus on se sent bien démuni, car la nature nous a gratifié d’un organe qu’on ne contrôle pas...

Jako

vendredi 18 juillet 2008

Incompréhension homme-femme

En lisant sur le blog de Janebella (un blog que j’aime beaucoup car il a la particularité de parler vrai et direct) une description acide d’un homme marié maladroit qui veut avoir une relation avec elle, et qui a “tout faux” d’après elle, et en parcourant aussi certains des commentaires de ce blog, il est clair que l’incompréhension homme-femme a encore de beaux jours devant elle..

J’aurais envie de dire à Janebella, ainsi qu’à toutes les femmes, comprenez ce qui se passe dans la tête d’un homme. Effectivement nous désirons les femmes et souvent nous les objétisons. Et plus nous sommes dans notre énergie yang, de puissance mâle, virile, plus nous avons tendance à objétiser l’autre. Cela est dû à notre système cognitif qui est toujours centré sur l’objet et non sur la relation. Quand des hommes discutent entre eux, le plus souvent c’est pour parler d’un objet: voiture, ordinateur, gadget, bourse, etc.. quand des femmes discutent entre elles c’est pour parler de relations humaines, de ce qu’elles vivent. Bon c’est un peu schématique, mais c’est la tendance générale.

Dans le domaine sexuel, la relation n’est pas toujours un problème. Quand cette objétisation s’effectue au plus fort de la rencontre amoureuse, lorsque les corps se rencontrent avec énergie, quand la femme désire la puissance de l’homme au plus profond de sa grotte intime, la femme aime être objétisée, être prise, dominée, presque violée.. Surtout si elle peut le faire en confiance, si elle sait que l’homme n’ira pas trop loin, que le débordement d’énergie sera canalisé par la conscience, en gros si elle sent que l’homme a un peu d’affection, voire d’amour, pour elle.
Pour s’en convaincre, il suffit d’entendre les mots de la femme: “prend moi”, “je suis à toi”, etc.. et je passe les aspects orduriers...

Pour un homme ce n’est pas facile de comprendre que pendant la “parade amoureuse” la femme désire être respectée, honorée, qu’elle soit pratiquement placée sur un piédestal, qu’il lui donne l’impression d’être l’Unique, la femme déesse (qu’elle est d’ailleurs en partie, mais ça c’est une autre histoire). Puis que au lit, au fur et à mesure de son excitation, il doive exprimer de plus en plus la bête qui est en lui et qu’il se devait de savamment cacher pendant la phase de séduction. Après être devenu l’étalon au plus fort de l’acte sexuel, il lui est demandé de redevenir amoureux, présent, câlin envers la femme qu’il a sauvagement bousculé quelques instants auparavant.

La femme, elle trouve cela normal. Elle ne comprend pas que les hommes ne se comportent pas ainsi. C’est exactement ce que
dit un homme sur le blog de Janebella, qui résume un peu la position de pas d’homme aujourd’hui:
Ce n'est pas un manque de courage de la part des hommes de ne pas s'engager, mais de la lucidité. Nous savons plus que jamais à quoi nous en tenir à votre propos : double discours, double, triple, quadruple et +... d'attentes auxquelles nous devons répondre. Être viril sans l'être, gentil mais quand même, accepter la donne qui est la votre au non d'une égalité que vous êtes seules (pour le moment) à définir... Y'EN A MARRE !
Un peu d'auto-critique vous ferait le plus grand bien. Mais quand on a le sentiment de n'avoir rien à "retoucher " de soi... ( les femmes étant proches de la perfection - dithyrambe médiatique et auto-proclamations - ) on ne peut attendre qu'une chose : que les hommes s'élèvent.


En effet, les demandes des femmes sont, pour un homme pratiquement incompréhensible alors qu’elles semblent “évidentes” pour les femmes.. Le mec normal ne sait plus quoi faire. Soit il est l’homme “puissant au lit”, celui qui fait vibrer la femme par sa puissance lorsqu’elle est suffisamment excitée, mais au risque d’être caractérisé de “macho” du fait de son manque de relation avec elle avant et après l’amour (souvent aussi ce type d’homme n’est pas très habile dans les “préliminaires”, et il aime en venir directement à la pénétration), soit il est très attentif à elle, mais peine à faire rugir la bête lorsqu’il se retrouvera au lit. Au il sera le type de l’homme “prévenant”, très habile dans les préliminaires, toujours attentif à faire plaisir à sa compagne. Mais dans ce cas, elle aura parfois l’impression qu’il manque de puissance, qu’il n’est qu’un miroir de son désir à elle, et qu’elle ne sait pas où est le propre désir de cette homme. En gros, elle a l’impression de ne trouver personne en face d’elle. Et si la femme le fait sentir, l’homme aura bien évidemment tendance à se retirer, à rester chez lui pour ne pas se trouver en face d’une femme qui, s’il fait tout ce qu’elle désire l’envoie chier.. Elle a l’impression d’avoir un mec frileux et dégonflé, et l’homme se dit qu’on ne le reprendra plus à faire plaisir..

Donc, effectivement, les femmes veulent tout! Et plus une femme est puissante et affirmée dans sa féminité plus elle désire un homme qui est à la fois attentionné “quand il faut” et puissant “quand il faut”. Elles demandent la Lune...

Donc, nous les hommes on a tendance à les trouver chiantes, trop dans leur ressenti, manquant de logique et de rigueur dans ce domaine. Mais bon, il y a là quelque chose de tout à fait normal. Dites moi, les mecs, est ce que vous vous êtes demandé un jour ce que cela faisait d’accueillir dans son ventre un sexe en érection, pointu et désirant aller au plus profond de soi? Est ce que vous vous êtes demandé ce que c’est de faire l’amour avec une partie de soi que l’on ne connaît pas (car la plupart des femmes n’ont jamais vu l’intérieur de leur sexe), d’être une coupe, d’être en creux (alors que l’homme est en bosse)? c’est à dire de recevoir un autre être en soi? Mettez vous à la place de la femme: elle a besoin de savoir que son partenaire va la respecter, l’honorer, qu’il ne pas entrer en elle comme on entre dans un hall de gare, qu’elle ne va pas être juste le déversoir du surplus de testostérone du mec. C’est pourquoi elle a besoin d’attentions et qu’on lui montre qu’on tient à elle (et en particulier que l’on ne compte pas trop son argent lorsqu’on sort avec elle), qu’elle est vraiment quelqu’un et pas un objet. Si elle sait être en confiance, elle pourra s’ouvrir sans appréhension et “se donner” entièrement à la puissance virile de son amant.

Mais attention, comprenez une chose, les mecs, il ne s’agit pas d’appliquer une méthode avec les femmes. Ce n’est pas un programme informatique du type : 1) je lui dis qu’elle est belle et je lui fais des cadeaux, 2) je lui fais un cunnilingus, 3) je passe en revue le kama-sutra 4) je lui dis qu’elle est belle après l’amour, car cela ne marche pas du tout, mais alors pas du tout!!
(je peux vous dire, j’ai essayé pendant des années...). En gros, il ne s’agit surtout pas de tout faire pour lui faire plaisir...!!

Et c’est là que toute la difficulté commence. En amour, il ne s’agit pas d’être quelqu’un d’autre, mais au contraire d’être totalement nous-mêmes, des êtres de désirs, brûlant de posséder , mais en “retenant les chevaux par la bride”, c’est à dire en étant présent à elle, en la respectant et en l’honorant pour ce qu’elle nous offre, en étant conscience qu’elle nous offre la partie la plus intime d’elle-même lorsqu’elle fait l’amour, et que l’union sexuelle est profondément un acte sacré... Ecoutez cela, et si la femme n’a pas été trop maltraitée dans sa féminité, si elle n’a pas été trop abusée, si elle a confiance dans la femme qu’elle est, vous verrez qu’elle vous offrira encore plus que ce dont vous avez pu rêver. C’est elle qui nous emmène alors dans les contrées de l’amour ou le sexe n’est plus une conquête mais une rencontre intime avec l’altérité, et cela nous comble beaucoup plus qu’un coït furtif.
J’ai tendance à avoir une image pour ça: dans un premier temps, nous sommes le premier étage de la fusée. Elle a besoin de nous, de notre présence pour décoller. Elle a besoin de sentir que nous sommes centrés, bien dans notre bassin, et en même temps en relation avec elle, célébrant sa beauté et son rayonnement, comme si elle était l’unique (ce qu’elle est d’ailleurs si notre coeur s’ouvre à elle, et si nous sommes sensible à ce qu’elle dégage). Cette présence sert alors d’étincelle pour allumer les autres étages de la fusée, qui sont les siens.. Et là elle monte, et en montant, elle nous tire, elle nous emmène dans son espace où il n’y a plus d’homme ni de femme, mais deux âmes qui ne font plus qu’une.. Il n’y a rien à faire, juste à être nous mêmes, présent et en relation.
Et c’est juste là qu’on est un peu bourrin, nous les hommes. C’est que, tant qu’on ne l’a pas vécu, on ne sait pas que c’est possible, alors que la femme a l’intuition de cet état d’union, car elle le sent à l’intérieur de son ventre.

Qu’est ce que vous en pensez?

Jako

Note: j’ai laissé ce texte en commentaire de l’article sur l’homme marié maladroit sur le site de Janebella.