lundi 21 janvier 2008

Faut-il éjaculer ou pas?

Je découvre en ce moment, alors que mon livre L’amant tantrique commence à vivre pleinement sa vie, qu’il y a un certain nombre de malentendus qui peuvent ciculer concernant ce que j’aurais dit ou pas dit dans ce livre. Je vais essayer de dissiper ces malentendus, et en premier lieu un qui porte sur la question de savoir «s’il faut ou non éjaculer dans un rapport sexuel ?»

J’ai entendu (ou on m’a rapporté) certains, en croyant me citer, dire «Ferber, dans son livre, dit qu’il ne faut pas éjaculer dans un rapport sexuel»… Bon, là il y a maldonne… Je ne pense pas avoir dit ça.. J’ai simplement essayé de montrer qu’on pouvait se libérer de la contrainte de l’éjaculation et qu’il était possible d’avoir des orgasmes multiples, et ainsi de vivre pleinement sa sexualité, d'être au diapason de sa partenaire, et d'être bien avec soi, dans une énergie sexuelle qu'il est alors possible de faire monter dans le long du corps et de le transformer en extase, en ressentant une union avec la nature, la Vie ou le divin, en élargissant notre être pour qu'il accède à la plénitude.. Mais tout cela ce sont des possibilités, des espaces qui s'ouvrent, pas des injonctions ni des obligation qui enferment et font rétrécir l'être !!

Le pire serait de prendre la possibilité qui nous est donnée d’avoir des orgasmes multiples comme une autre règle, comme un autre principe, avec tout son carcan de contraintes et de culpabilité quand on n’arrive pas à suivre cette norme. Que certains puissent maintenant culpabiliser s’ils éjaculent… Cela serait vraiment un comble !

Le fait de pouvoir ne pas éjaculer permet de se libérer de la peur de venir trop tôt (voir l’article sur l’impuissance et l’éjaculation précoce) et nous fait entrer dans un espace extatique où le problème de l’orgasme ne se pose plus vraiment. Il n’y a plus que cette énergie, que Reich appelait «orgastique» pour la différencier d’orgasmique, qui circule. Et ce que j’ai essayé de montrer dans mon livre, c’est qu’il existait un espace de liberté lorsqu’on s’abandonne simplement à la Vie, à l’énergie vitale qui nous traverse, et que cet abandon, lorsqu’en même temps nous sommes en relation authentique avec notre partenaire, nous fait accéder naturellement à un sentiment d’union et de plénitude extatique. Laquelle est une des portes de la spiritualité.

Dans ce cadre, ne pas éjaculer c’est super, éjaculer c’est parfait : fondamentalement, il n’y a pas de règles, juste des adaptations à ce que nous sommes, chacun individuellement, et au moment présent. Quand on est jeune, qu’on a beaucoup d’énergie vitale, et qu’on n’arrive pas à transmuter toute ce désir, le fait d’éjaculer permet de libérer ce trop plein d’énergie. Inversement, si l’on est plus âgé (je ne donne pas d’âge, cela dépend tellement de chacun), si l’on a moins d’énergie vitale, il est préférable de moins éjaculer pour conserver cette énergie et ne pas trop la dépenser. Mais ici encore, cela doit être adapté à soi, en se mettant à l'écoute de son être, sans transformer tout cela en une prescription de type « on doit », « il faut ». Dans ce domaine, il n’y a aucun principe qu’il s’agirait de suivre à la lettre…

J’ai eu beaucoup de retour concernant l’orgasme sans éjaculation, et j’ai pu constater que finalement, les hommes y arrivent relativement assez facilement, s’ils s’entraînent bien ☺.. Donc, il est normal que pendant un certain temps, quand on a découvert ce nouveau jouet qu’est l’orgasme multiple, on se mette à rejeter pendant un temps l’éjaculation. Mais surtout, surtout, ne pas mettre la non-éjaculation comme une règle !

Aucun commentaire: