jeudi 1 novembre 2007

Interview de Psychologie Magazine

Psychologie magazine m'avait posé quelques questions à l'occasion de la sortie de leur numéro de Juillet 2007.
Voilà les questions qui m'ont été posées et les réponses in-extenso. C'est à partir de ces réponses que le journaliste a écrit une quinzaine de lignes dans le magazine.. Donc ici, il est complet!

1 Qu’est ce que la présence
Ce qu’on appelle présence, c’est cette attitude intérieure qui fait que l’on est totalement à ce que l’on fait, que l’on est totalement investi dans son action, sans qu’il y ait de réflexions ou de jugements qui viennent interférer ou se mettre entre soi et son acte. Cela nous met dans l’instant présent, car le mental, au travers des réflexions et des jugements nous place toujours dans le passé ou l’avenir. Vouloir quelque chose de précis c’est se mettre dans une attente d’un moment futur à venir. Etre présent à soi et à l’autre, c’est au contraire ne rien « vouloir », en se laissant guider par son ressenti profond, par ce qui vient naturellement du fond de l’être..

Pour un homme, être dans la présence passe par deux composantes fondamentales : se sentir bien dans sa virilité, dans sa masculinité d’une part, et être en relation avec l’autre. En couple, cela signifie être à la fois très centré dans son bassin, être « dans ses couilles » comme on dit, et en même temps savoir accueillir ce qui vient, savoir ressentir l’état de son partenaire dans ses mains et son corps. Il n’y a rien qui coupe plus une femme de l’amour que de sentir que l’homme n’est pas là, pas présent à elle. Même si beaucoup de femmes en ont pris leur parti, ce manque de présence de l’homme, malheureusement si courant à cause des peurs et des projections qui l’habitent, est ce qui les fane, les terni, leur enlève leur accès à l’amour et à la Vie dans son caractère lumineux.

2 La présence dans l’amour
Le gros écueil quand on fait l’amour, c’est de partir sur des rails alimentés par le mental. On se retrouve à penser « je vais faire ça parce qu’elle va aimer, si je lui caresse cette zone, alors elle va jouir ». On se comporte alors en tant que « grand machiniste », on essaye de contrôler la « machine femme » en appuyant sur les bons boutons, en essayant que nos caresses produisent un certain effet.
D’autre part, on peut être aussi perturbé par des pensées liées à nos performances : « est ce que je serais à la hauteur, est ce que je vais partir trop vite, est ce que je vais avoir une belle érection ».
Tout cela nous éloigne de la femme. Cet enfermement dans nos objectifs et nos pensées nous coupe d’elle, et nous coupe de notre ressenti. Nous ne sommes plus présent à elle. La femme le sent : elle ne s’ouvre plus, elle ne rayonne plus, comme une fleur qui se referme sur elle-même. On essaye encore plus d’appuyer sur les bons boutons, mais la magie n’opère plus. On entre dans un cercle vicieux qui nous coupe de la Vie, et du réel Désir.

3 Comment développer cette présence
D’abord bien comprendre qu’un bon amant n’est pas un homme performant, mais un homme présent à soi et à l’autre, ancré dans le sol, bien dans son sexe et à l’écoute de sa compagne. Pour développer cette présence, le plus facile (en tout cas, ce qui a été décisif pour moi), c’est d’être présent dans la caresse. Etre présent dans une caresse, c’est être tout entier dans ses doigts, comme si les doigts étaient animés d’une vie propre. Notre esprit se place dans les doigts, dans le ressenti des doigts, comme si nous n’étions plus que nos mains. Puis en se connectant à son cœur ou à son sexe (il s’agit de deux énergies différentes), on laisse les mains vivre leur vie propre, aller où elles se sentent bien. Elles trouvent alors naturellement le chemin de la relation.

Il en est de même quand on danse un slow ou une danse de proximité (valse, tango, etc.) avec une femme. Il suffit parfois de poser ses mains sur les hanches de la femmes ou sur ses reins, tout en étant bien ancré dans sa puissance, pour trouver immédiatement la connexion. Et cette connexion est elle-même la preuve de cette présence de l’homme.

4 Présence et femme
Pour la femme, le problème de la présence se pose différemment, car il s'agit ici d'abandon. Si elle est bien avec sa sexualité, si elle n’est pas coupée de son corps, si elle n'a pas peur (et donc s'il n'y a pas de traumatisme liés à un abus quelconque), elle peut entrer naturellement dans cette présence à elle-même qui est un mouvement d’abandon et de rayonnement. Plus la femme s’ouvre et s’abandonne aux caresses de son partenaire, plus elle rayonne, et plus elle touche l’homme qui voit la beauté de cette femme, qui appréhende la déesse dans sa partenaire. Son cœur s’ouvre alors au divin et tous les deux entrent dans la danse de l’amour, union des corps et des âmes, incandescence des désirs, célébration de la Vie.
Néanmoins, on voit que le problème réside avant tout pour la femme à pouvoir s'abandonner en confiance. Mais s'abandonner n'est pas se laisser faire: c'est un mouvement d'accueil en conscience qui n'a rien de passif..

Aucun commentaire: